Les pratique mafieuses de Tchango Gabriel et son équipe
Dans le journal ECHOS DU NORD qui donne presque jamais des nouvelles du NORD et ne s’en prend exclusivement qu’au régime de BONGO ONDIMBA et du Haut Ogooué, TCHANGO Gabriel le sponsor à la part belle. Il est présenté comme un bon travailleur alors qu’il n’est en réalité qu’un chef de bande d’escrocs incompétents.

Son mode de fonctionnement est la délation, la calomnie, les casses, la tchatche. Pour gérer le ministère dont il a la charge, il a mis en place un réseau mafieux dirigé par un ancien des Eaux et Forêts de son ethnie à moitié Zaïrois depuis le premier arrondissement de la capital.

Tous les actes du ministère sont inspirés par celui-ci qui s’est fait une spécialité avec ses protégés dont KOUMBA ZAOU PAUL en compagnie par l’attribution et la falsification des permis forestiers. Des superficies sont identifiées ; sans attribution aucune, des avenants aux Concessions Forestières sous Aménagement Durable (CFAD) sont pris par TCHANGO Gabriel pour l’intégration de ces superficies sans que les titulaires ne payent quoi que ce soit à l’Etat. Le titulaire paye directement au chef du réseau qui partage avec ses sbires ou maintien ceux-ci aux postes de responsabilité.

Les permis sont attribués aux asiatiques et libanais ; retournés aux domaines puis attribués aux plus offrant sans tenir compte des lois et règlement en vigueur. Un de leurs amis JABBER est devenu le revendeur des permis forestiers au Gabon. La corruption tant décriée et l’intimidation sont les pratiques les plus usitées par TCHANGO Gabriel et son équipe.
Ces pratiques mafieuses causent à l’Etat un préjudice annuel de plusieurs milliards de francs CFA qui prennent la destination des poches des membres du réseau.

Tout agent ne faisant pas partie de ce réseau est pourchassé, calomnié, diffamé. Il devient dangereux pour eux, toutes les méthodes sont par conséquent utilisées pour le mettre hors d’état de nuire.
Les femmes sont contraintes de sortir avec eux pour garder ou obtenir un poste ; les hommes quant à eux, sont obligés de devenir leurs copines. Le travail, le diplôme, l’expérience, la rigueur, la probité ne comptent pas. Les agents indépendants sont leurs cibles.

A ce jour, le ministère des Eaux et Forêts est rempli des personnes n’ayant aucun profil de forestier ; plus d’une cinquantaine de cadres formés dans les prestigieuses écoles forestières à travers le monde sont chassés de leurs postes au profit d’obscurs collaborateurs.

Notre pays a obtenu l’organisation de la conférence internationale de l’OIBT grâce à l’entregent et au savoir-faire d’un haut cadre du ministère débarqué comme un mal propre de son poste par ce ministre. Il est actuellement assis chez lui.
Au plan technique, en dépit de la qualité des experts attendus, aucun technicien compétent de renom n’est associé aux préparatifs. Les responsables ne posent que le problème de moyens financiers. L’une des conséquences de cette impréparation est que le pays organisateur n’a soumis aucun projet éligible par le panel des experts de l’OIBT bien que les manuels de formulation des projets aient été mis à la disposition des Etas membres.

Le Gabon va dépenser beaucoup d’argent pour l’organisation de cette conférence mais malheureusement, aucun projet du Gabon ne sera financé pendant cette conférence tandis que d’autres pays auront la part belle.
Notre pays qui a l’habitude de grands événements risque le ridicule à cause de la gestion approximative de cette conférence. Où est maintenant l’apport du démi-Zairois de GUEGUE ?

Hormis le travail abattu par ses prédécesseurs, quel est le bilan de TCHANGO Gabriel en matière d’industrialisation de la filière bois au Gabon ? Que pensent les opérateurs de son action à la tête du ministère ?

Pour régner en maître absolu, il chasse le Secrétaire Général et tous les cadres compétents non acquis à sa cause ne faisant pas partie de ses réseaux. Il corrompt certains hauts cadres de la République dont certains proches du Chef de l’Etat en leur octroyant des permis forestiers (voir liste de nouveaux permis attribués sans adjudication), fait intervenir le clan et la fratrie présents dans les instances de commandement et de décision. Au ministère des EAUX ET FORETS, c’est désormais la chasse à l’homme.

Les notifications des remplacements des responsables se font désormais par notes ; des parents incompétents, des copines voleuses des biens publics, absentéistes décident des nominations du ministère.

Les fonds commun destinés aux agents servent de propagande à travers la presse. Pas un jour ne se passe sans voir les exploits de TCHANGO Gabriel dans les médias financés par le ministère. Le social devient le cadet de ses soucis. La presse d’opinion est abondamment arrosée pour détruire le régime pendant qu’il se targue d’être très proche du président.
TCHANGO Gabriel, tes gesticulations et justifications à travers les médias et ailleurs ne convainquent personne. Tes méthodes barbares doivent prendre fin ; tes ouailles sont démasquées. La chasse aux sorcières que tu as déclenché va bientôt se retourner contre tes protégés car tes jours sont comptés à la tête de ce ministère très technique qui n’a pas besoin des nullités que tu lui impose avec tes réseaux.

NB Nous détenons toutes les preuves de nos affirmations.
AFFAIRE à suivre.


Auteur : Marcel OVA TCHIBINDA