Gabon : Quelle est l'origine des fonds de Mme Marie Madeleine Mborantsuo ?  
Elle serait  "riche comme Crésus" affirme-t-on ci et là, si cette information s’avérait vraie, d'où  sort-elle tout cet argent ? (AM Dworaczek-Bendome)  
Prévarication  ou pas ? - Lire article ci-dessous du site "gabonervant"  
Marie Madeleine Mborantsuo, agent de l’Etat gabonais, vient d’inaugurer ce qu’elle appelle l’Université Internationale de Libreville. Cet établissement d’enseignement du supérieur, s’ajoute à son complexe du secondaire appelé Lycée Berthe et Jean. Au vu de ces réalisations, on peut aisément conclure sans risque aucun de se tromper, que Marie Madeleine Mborantsuo soit très fortunée. Mais le plus intéressant est de se demander d’où tient-elle cette fortune car elle est agent de l’Etat Gabonais, et n’a jamais exercé d’activité dans le secteur privé, à caractère commercial et lucratif. Elle est depuis bientôt 25 ans, Présidente de la Cour Constitutionnelle au Gabon. Mais elle est aussi surtout la mère de deux enfants dont le père est Omar Bongo.  
Chers lecteurs, vu la manière cavalière avec laquelle cette dame a toujours validé les élections frauduleuses de son amant, puis celle du fils de celui-ci en 2009 qui lui a même valu de recevoir la Légion d’Honneur française, une reconnaissance de Nicolas Sarkozy; nous pouvons en déduire que le monopole dont elle jouit sur la fonction de Présidente de la Cour Constitutionnelle, soit une sorte de prime d’allégeance familiale. En effet, de toutes les fonctions au sommet de l’Etat gabonais, deux jouissent du monopole absolu de la cellule familiale: a) la Présidence de la République qui est entre les mains des Bongo depuis 47 ans; b) la Cour Constitutionnelle qui est entre les mains de Mborantsuo depuis bientôt 25 ans.  
Voici d’ailleurs, chers lecteurs ce que dit la Constitution gabonaise au sujet de la Cour Constitutionnelle:  
«Les fonctions de membre de la Cour Constitutionnelle sont incompatibles avec toute autre fonction publique et avec toute activité professionnelle privée.  
Nous sommes donc en droit de penser que les activités de Marie Madeleine Mborantsuo comme mécène du Lycée Berthe et Jean et de l’Université Internationale de Libreville, sont en violation de la loi fondamentale dont elle est pourtant la gardienne. Mais cette dame n’est pas à une forfaiture près. Elle aussi, comme sa belle-fille, ne s’arrête que de temps en temps pour voir «la qualité des chiens» qui osent aboyer au passage de sa caravane. Mais nous pouvons nous servir des différentes Lois de Finances depuis 1990, pour savoir à combien peut-on évaluer la manne qui est passée entre les mains de Marie Madeleine Mborantsuo en 25 ans à la tête de la Cour Constitutionnelle.  
La loi des finances nous dit qu’en 2013, les dépenses pour la solde des agents permanents de la Cour Constitutionnelle s’élevaient à 835074000 francs CFA.   La main d’œuvre non permanente y était budgétisée à 158520000 francs CFA.   Le budget pour les biens et services s’élevait à 4019805897 francs CFA.   Un montant de 1522000000 était affecté aux transferts et interventions.   Un budget de 5815000000 y était affecté aux dépenses de développement.   Enfin un budget de 1900000000 était affecté aux dépenses d’équipement de cette institution.  
Donc en faisant la somme, c’est un budget total de 14,250 milliards de francs CFA qui passe entre les mains de Marie Madeleine Mborantsuo, sur une base annuelle.  
Sachant que la Cour Constitutionnelle n’est soumise à aucun contrôle, on peut facilement imaginer qu’elle dispose de ce pactole comme bon lui semble. Le problème néanmoins, reste que cet argent n’est pas le sien, mais celui du peuple!  
Si on considère que depuis 1990, le Cour constitutionnelle a disposé en moyenne de 50% de la valeur de son budget en 2013, on se retrouve avec un budget annuel moyen de 7 milliards de francs CFA.   Sur 25 ans, de 1990 à 2014, c’est une manne de 175 milliards de nos francs CFA au minimum que Marie Madeleine Mborantsuo a eu l’occasion de gérer dans l’opacité la plus totale.  
Certains diront que les investissements de Marie Madeleine Mborantsuo dans des établissements scolaires soient une bonne chose. Ce à quoi ce blog répondrait que malheureusement, le contenu des caisses d’un Etat ne peut être distribué à qui on veut. On ne peut tolérer que Mborantsuo viole allégrement la Constitution en étant à la fois commerçante et Présidente de cette cour. Mais plus grave encore, on ne peut permettre que Mborantsuo détourne les fonds publics pour les investir dans des initiatives privées. C’est un mécanisme qui prive le plus grand nombre de Gabonais de ressources nécessaires à une bonne éducation dans le secteur public; car ces ressources sont redirigées vers les initiatives privées de quelques privilégiés.  
Peut-on demander candidement à Marie Madeleine Mborantsuo l’origine des fonds qui lui servent à faire ces investissements?  
Ne sommes-nous pas en présence d’un flagrant cas d’enrichissement illicite scandaleux, exécuté dans un silence complice et de connivence de tout l’appareil de l’Etat?   Avec Marie Madeleine Mborantsuo, le seuil de la collision est largement dépassé et est même devenu caricatural; cette dame est une prédatrice qui ne prend même plus la peine d’enrober ses actes du moindre vernis de décence.  
Madame Marie Madeleine Mborantsuo doit passer à la barre!  
Source : http://gabonenervant.blogspot.ca/2014/11/mborantsuo-where-does-all-that-money.html  

Transcription : AM DWORACZEK-BENDOME